Commémoration BASSOMPIERRE – 7 et 8 mai 2015

Les 7 et 8 mai, la Commune de Wittisheim, a organisé une conférence et a procédé à l’inauguration d’une stèle commémorative en mémoire de Henri Bassompierre, un pilote dont l’avion s’est écrasé à Wittisheim le 9 janvier 1945.

Ces évènements ont été organisés par Théo Fahrner, 1er adjoint au maire, passionné d’histoire et de généalogie, qui a consacré avec plaisir beaucoup de temps aux préparatifs.

La conférence a rassemblé près de 300 personnes et avait pour  thème « l’aviation durant la seconde guerre mondiale ».

Le débat a été animé par Patrick et Marc Baumann, de l’Association du Souvenir Aérien dans l’Est de la France. Ils ont présenté  un diaporama sur les avions de la 2ème guerre mondiale en général et sur le  P 47 Thunderbolt qui était l’avion d’Henri Bassompierre et qui s’est écrasé en face du plan d’eau de Wittisheim. La parole a ensuite été donnée aux deux invités exceptionnels, en l’occurrence, Alexandre Sanchis, 92 ans, pilote de P 47 Thunderbolt de l’Armée de l’Air pendant la seconde guerre mondiale et qui a combattu au-dessus l’Alsace durant l’hiver  44-45. Il faisait partie du groupe de chasse 2/3 Dauphine,  la même unité qu’Henri Bassompierre. Il a passé son apprentissage et son brevet de pilote aux Etats-Unis en volant sur différents avions tel que le T 6, le Curtiss P 40 et surtout le P 47 Thunderbolt. Il a commencé son intervention par une minute de silence. Dans le calme ambiant, l’émotion était palpable Le second, Karl Fritz Schlosstein, 97 ans, pilote de Messerschmitt dans la Luftwaffe. Il a commencé à voler sur ME 110 dans les pays nordique comme la Norvège et la Finlande au sein de la Jagdgeschwader 5 puis sur la fin il a volé sur Focke Wulff 190 jusqu’à la fin de la guerre. A la fin de la conférence, les deux pilotes ont dédicacé une affiche créée spécialement pour l’occasion. Une exposition sur le sergent –chef Henri Bassompierre était aussi visible dans la salle polyvalente.

Le 8 mai à 10h30, sous un beau soleil et en présence d’une assistance de plus de 200 personnes, la cérémonie de commémoration a été ouverte par le Maire Christophe Knobloch, avec des mots empreints d’émotion et de solennité. Il a rappelé l’importance de la mémoire et du souvenir de cette guerre si meurtrière. Il évoque la souffrance de l’Alsace, des Wittisheimois, évacués dans le Gers. Il retrace ensuite l’histoire de Henri Bassompierre.

Ce dernier fut pilote de chasse sur un P 47 Thunderbolt  du groupe de chasse 2/3 Dauphine. Le P 47 Thunderbolt était un chasseur bombardier de fabrication américaine qui équipait en grande partie les unités françaises de l’armée de l’air qui furent recomposées en Afrique de Nord à partir de 1943. Les Allemands l’avaient surnommé Jabo. Le sergent-chef Henri Bassompierre avait décollé de  la base de Luxeuil pour une mission sur la région de Sélestat, fut touché par un obus de la DCA allemande en attaquant son objectif, un convoi de camion allemand sur la route de Muttersholtz, et tué sur le coup. Il est  enterré à la nécropole militaire de Sigolsheim.

Agé de 28 ans, le sergent-chef Henri Bassompierre était père d’une petite fille, Maryvonne, qu’il n’a jamais connue et qui était présente lors de la cérémonie à Wittisheim. Cette dernière, aidée par le maire, Alexandre Sanchis et Karl Fritz Schlosstein a dévoilé la stèle avec une intense émotion. Une gerbe de fleurs bleues, blanches et rouges est venue compléter et rehausser l’ensemble.

Pour son dépôt de gerbe au nom des l’Association des pilotes allemands, Karl Fritz Schlossstein a souhaité être accompagné par Alexandre Sanchis pour que le geste soit en mémoire des pilotes de toutes nationalité morts au combat. M. Patrick Baumann, a quant à lui, déposé une plaque au nom de l’association du souvenir aérien dans l’Est de la France. Après la sonnerie aux morts et la traditionnelle minute de silence, l’Harmonie Espérance a interprété la Marseillaise et les discours se sont ensuite enchaînés.Baumann a rappelé l’importance du devoir de mémoire alors que Sanchis Alexandre a tenu par quelques mots dire son émotion d’être présent 70 ans après la perte de son compagnon d’armes. Le général Roos Philippe, enfant du pays représentait qui représente l’armée de l’air française a tenu à honorer par son allocution Henri Bassompierre.

Mme Catherine Greigert, conseillère départementale et représentant le président du conseil départemental d’alsace a également pris la parole avant qu’Antoine HERTH ne clôture par son intervention les paroles d’usages.

Théo Fahrner, maître de cérémonie, a invité sept enfants de l’école à lire un poème « High Flight » ou « toucher le visage de Dieu » .

Le mot de la fin revient à l’organisateur. Théo Fahrner a ensuite remercié l’ensemble des personnes qui l’ont accompagné et soutenu dans ses préparatifs, tous ceux qui sont venus assister à l’inauguration, notamment les maires des communes jumelées avec Wittisheim, Gérard Bezerra pour Montréal du Gers et Jurgen Louis pour Rheinhausen. Il invite enfin l’assemblée au verre de l’amitié pour clore cette cérémonie si riche en émotions. Enfin, le curé Maurice Specht également présent, a apporté une touche de spiritualité en procédant à la bénédiction du mémorial.

Enfin, au cours de l’après-midi, la municipalité accompagnée par Mme Bassompierre Maryvonne, M et Mme Sanchis et M et Mme Baumann, a déposé une gerbe sur la tombe d’Henri Bassompierre à la nécropole de Sigolsheim où il repose en paix.

cérémonie 057 a